M@racon !

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Adoptées en 1927, ces armoiries réunissent en une seule compostition le lion naissant des sires de Palézieux et la bande accompagnée de deux cotices de la famille de Billens qui leur succéda en 1302. Elles rappellent que la moitié de Maracon faisait partie de la seigneurie de Palézieux et bénéficia des franchises accordées par Humbert de Billens à ses sujets en 1344.

 

 

     Maracon

   

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Carte pour accès au village

           (cliquez ici)

 

 

 

             

 

Le cantique patriotique suisse, dans une version chorale tendre et majestueuse, en version karaoké!

 

Hymne vaudoise Paroles du Colonel Samuel-Henri Rochat 1803

 

 

 

 

Eglise de Maracon

 

                                                                 Maracon

                                                               Salle Villageoise

 

  Maracon

Collège de Maracon

 

                                                                

                                                              Bâtiment des expositions de la Rogivue

 

 

Refuge des Rottes de Maracon

 

 

 

Situation - Liaisons

La commune de Maracon se situe à l’extrémité est du district d’Oron sur un promontoir entre la Broye et la Mionne. Culminant à 883 m, ses 330 hectares s’étirent autant au soleil levant que couchant.

Au sud, la commune d’Ecoteaux et, au nord, celle de La Rogivue avec lesquelles nous collaborons régulièrement. A l’ouest et à l’est, les communes fribourgeoises de Remaufens et de Saint-Martin où s’étend une partie de notre surface forestière.

Le bus postal permet de rejoindre en quelques minutes la gare de Palézieux que desservent les CFF et les GFM. Quant à la liaison avec les communes du district, voire même les communes fribourgeoises limitrophes,  elle est assurée par le publicar, service particulier de transports en commun sur demande. Service qui est fort apprécié par la population.

Dominant les brumes automnales, elle permet une vue imprenable sur les Préalpes, les Alpes, la Savoie et le Jura. De nombreuses familles, conquises par ces avantages, y sont venues grandir et rajeunir la population.

Les premières traces de notre village remontent à 1236 (Montwarascon), propriété de la seigneurie de Palézieux, puis vers 1293 (Montracot). On trouve son nom de Maracon en 1588, où il fait partie du fief d’Attalens. Les armoiries réunissent le lion des Sires de Palézieux et la bande accompagnée de deux cotices de la famille de Billens qui leur succéda en 1302.

Maracon compte aujourd’hui 348 habitants dont la majorité exerce ses activités professionnelles à l’extérieur.

Cependant, nous comptons avec satisfaction quelques commerces et entreprises: une menuiserie industrielle, une maison de vente de systèmes d’épuration des eaux usées, un garage, sept exploitations agricoles, un atelier d’aiguisage, un artisan menuisier-ébéniste, un cabinet de physiothérapie, ainsi que plusieurs petits ateliers d’artisans.

 

Relations - collaboration entre communes

Collaboration étroite avec les communes d’Ecoteaux et de La Rogivue, nos proches voisines.

Une STEP a été construite en 1987 et réactualisée en 1998. Elle est exploitée en commun avec Ecoteaux. Maracon fournit également la quasi-totalité de son eau potable.

Un corps unique de sapeurs-pompiers assure la défense incendie sur les territoires de Maracon et La Rogivue; notre réservoir d’eau alimente également leur réseau.

Maracon fait partie de l’ARO ( Association pour la région d’Oron). Association très dynamique étudiant un plan directeur régional dans le but de définir le rôle du district, afin de mettre en place les infrastructures du futur.

L’établissement scolaire d’Oron-Palézieux assure l’enseignement primaire et secondaire, classes supérieures et terminales. Les classes pré gymnasiales sont  orientées vers Moudon.

 

Ses infrastructures:

En 1911, la Municipalité de Maracon, suite à une sévère sécheresse, prenait la décision d’acquérir des droits d’eau sur le flanc du Niremont, d’y aménager des captages et de réaliser une conduite d’environ 7 kilomètres, afin d’acheminer ce précieux liquide jusqu’à un réservoir de 300 m3 qui sera implanté au point culminant de la commune. Le premier robinet issu du réseau communal coulera en 1913.

Une partie de ce réseau ainsi que le réservoir sont encore en fonction actuellement; au fur et à mesure des besoins croissants ou des nécessités impératives, de nouveaux captages ont été réalisés et des tronçons de conduites remplacés. Les 130’000 m3 annuels, passant par un appareil à ultraviolets afin d’en garantir une qualité bactériologique irréprochable, permettent aux habitants de nos trois communes de ne plus connaître la soif.

Cette eau, après nous avoir désaltérés et utilisée pour nos commodités, se charge d’impuretés, puis est rejetée. Aussi, afin que nos ruisseaux ne souffrent plus de ces rejets, nous décidions en 1984, après études et d’innombrables essais, de construire notre propre STEP d’un type nouveau, adapté à la structure communale, permettant de rendre nos citoyens responsables face à ce problème et de restituer les eaux sur place.

Le collège abrite deux salles de classe, la salle de la Municipalité et trois appartements.

Dans un décor campagnard exceptionnel, la salle villageoise, idéale pour les fêtes de famille, mariage, réceptions, etc..., est aménagée pour recevoir toutes sortes de réunions autant publiques que privées jusqu’à 150 personnes.

L’église réformée sied majestueusement au centre du village depuis 1823. Côtoyant le collège et la salle villageoise, elle a bénéficié d’une cure de rajeunissement pendant l’été 1998, la rendant particulièrement accueillante.

Elle fait partie de la paroisse de Palézieux-Maracon.

Une chapelle catholique, propriété de la paroisse d’Oron, trouve également sa place à Maracon 

Le refuge forestier, érigé avec le concours bénévole de la population, permet d’agréables journées de détente en famille ou entre amis; il est aussi possible d’y organiser des concours de tir, étant combiné avec le stand à 50 mètres.

Le stand de tir à 300 m, propriété des communes de Ecoteaux, de Maracon et de La Rogivue se trouve à la Valeyre,  les cibleries dans le bois du Dévin. Les projectiles traversant la Broye trouvent leur point d’impact sur le canton de Fribourg.

La collaboration des producteurs de lait avec la fromagerie d’Ecoteaux a libéré un local au centre du village, permettant à la Municipalité d’y installer l’administration et l’agence postale communale.

Cette particularité mérite quelques explications:

En juillet 1995, le buraliste postal arrive à l’âge de la retraite. La poste, alors à la recherche absolue d’économies, décide de fermer le bureau de 1613 Maracon, desservant depuis quelques années déjà la commune de La Rogivue, au total 400 habitants, environ 150 ménages, limite jugée trop basse pour couvrir les frais d’un plein temps  et d’une location de bureau.

Après protestation de la Municipalité une alternative est proposée:

Un montant fixe annuel défini par la poste est attribué à la commune. En contrepartie de quoi, sous sa responsabilité, elle assure la distribution du courrier et le service au guichet par le personnel communal.

Alternative adoptée, un employé communal à plein temps est donc engagé, ce dernier s’occupant du service de la poste le matin et des tâches communales l’après-midi.

 

Agriculture - forêt - habitat:

Les 330 hectares que couvre la commune se répartissent de la façon suivante:

180 ha de prairies et pâturages réservés à l’élevage bovin et à la production de 650’000 kg de lait et 60 ha de terres ouvertes assurent le revenu de sept exploitations agricoles;

65 ha de forêts dont les 52 ha qui font partie du patrimoine communal sont situés, pour une part, sur la  berge fribourgeoise de la Broye, Commune de  Remaufens.

Ils permettent une réalisation de 450 m3 annuels, pour les trois quarts en résineux et un quart en feuillus. 

Le reste de la surface est attribuée aux voies de communication et à l’habitat; ce dernier se compose essentiellement de fermes anciennes ou rénovées, de villas et d’un seul immeuble locatif de huit appartements.

 

L’union fait la force

Les Amis gyms, l’Abbaye du Cordon blanc, le tir “Aux armes de guerre” et “Pistolet-revolver” ainsi que l’Amicale des Anciens Pompiers (AAP) l’ont bien compris. Depuis plusieurs années déjà, nos sociétés villageoises se sont regroupées ou ont élargi la zone de recrutement de leurs membres.

Le village de Maracon se veut accueillant, ouvert et sympathique à toute personne voulant y élire domicile ou simplement y passer pour une visite.

                         

Jean-Jacques Chollet        (article écrit avant la fusion avec La Rogivue)

ancien Syndic de Maracon

Décédé le 7 septembre 2009

                                                   

Autre écusson des Chollet de Maracon

 

Arbre généalogique d'une famille CHOLLET de Maracon

 

 

 

Alphabet des communes vaudoises

 

 

Armoiries de la commune de Maracon, en vigueur dès l’entrée en fonction de la nouvelle commune de Maracon, au 1er janvier 2003 : « Parti de gueules à la bande d’or accompagnée de deux cotices d’argent, et d’argent à deux bandes ondées de gueules, au chef d’or au lion naissant de gueules ».

Ces armoiries représentent une combinaison des armoiries des anciennes communes de la Rogivue et de Maracon, qui ont uni leur destinée au 1er janvier 2003.

 

 

Situation – liaisons

 

La commune de Maracon, issue de la récente fusion des communes de la Rogivue et de Maracon se situe à l’extrémité est du district d’Oron, sur un promontoire entre la Broye et la Mionne. Culminant à 883 m, elle couvre une superficie de 433 hectares, bénéficiant de l’ensoleillement allant du levant au couchant. Limitrophe au nord et à l’est avec les communes fribourgeoises de St-Martin, Semsales, Châtel-st-Denis et Remaufens, au sud et à l’ouest avec les communes vaudoises d’Ecoteaux et Bussigny-sur-Oron, Maracon est la dernière commune vaudoise sur l’axe Palézieux-Semsales. Desservie par la ligne de cars postaux et par Publicar, Maracon est proche de la gare de Palézieux de 4 km, permettant un accès aisé à la ligne Lausanne-Berne, ainsi qu’à celle de la Broye et de la Gruyère. Les accès autoroutiers par Châtel-st-Denis, Vaulruz, et Puidoux, permettent une mobilité aisée dans toutes les directions. Dominant les brumes, les habitants de Maracon jouissent d’un magnifique panorama sur les préalpes fribourgeoises, les alpes savoyardes, le Mont-Pélerin, le Jorat et les crêtes du Jura. De nombreuses familles conquises par cette qualité de vie sont venues étoffer et rajeunir notre population, qui se monte actuellement à 433 habitants.

 

Les premières traces de Maracon remontent  à 1236 avec le nom de Montwarascon, propriété de la seigneurie de Palézieux, puis vers 1293, sous le nom de Montracot. On retrouve le nom de Marascon vers 1588, comme faisant partie du fief d’Attalens. Les anciennes armoiries étaient d’ailleurs composées par l’appartenance aux seigneuries de Palézieux, par la tête de lion et la famille de Billens par les deux cotices d’argent. On retrouve des liens avec la famille de Billens vers 1302. Suite à la fusion des communes de La Rogivue et de Maracon au 1er janvier 2003, Les armoiries se sont enrichies des deux rivières rouges sur fond blanc que constituaient celles de la commune de la Rogivue. Ce nom de Rogivue apparaît au XIIe siècle sous le nom de Rubea aqua (eau rouge). Ce terme d’eau rouge provenant probablement des ruisseaux prenant source dans les terres tourbeuses de l’endroit.

 

 

Secteurs économiques

 

Le territoire de la commune de Maracon est principalement voué à l’agriculture (70 hectares) et à la forêt (68 hectares), la commune en possédant 54 hectares. L’évolution de l’activité économique, du type de population, a vu diminuer en quelques années les exploitations agricoles, avec actuellement 7 entreprises agricoles. Nous comptons une menuiserie industrielle, un bureau de gestion des déchets, un garage, une entreprise d’électricité, quelques artisans et artistes.

Le reste de la population travaille à l’extérieur, particulièrement vers Lausanne et Vevey. Nous avons malheureusement perdu nos activités commerciales, tels que magasin, laiterie, poste et banque.

La tourbière de la Rogivue constitue un patrimoine naturel d’intérêt national, dont le biotope et la réserve ornithologique sont connus loin à la ronde.

 

 

Infrastructures

 

La commune possède son réseau d’eau potable, dont les sources se situent sur le flanc du Niremont. Une partie de l’eau communale est livrée aux services industriels de la Haute-Broye. Concernant l’épuration des eaux, la commune exploite une STEP communale, ainsi qu’une STEP intercommunale avec la commune voisine d’Ecoteaux, alors que le village de la Rogivue est rattaché à un réseau d’épuration régional.

La commune dispose d’une administration communale, d’une salle villageoise, d’un refuge forestier, d’un temple, d’un stand de tir et d’une déchetterie.

 

 

Relations et collaborations intercommunales

 

La commune de Maracon fait partie de l’établissement scolaire d’Oron-Palézieux, qui regroupe 12 communes. Elle accueille deux classes, couvrant le CIP 1 à 4, ce qui permet aux enfants du village de suivrent leurs premières années d’école sur place. A partir de la 5ème année, les élèves suivent leur scolarité à Palézieux et Oron-la-Ville.

Elle fait partie de la paroisse d’Oron-Palézieux, regroupant les 12 communes du cercle, avec 4 temples, dont celui de Maracon

Le corps des sapeurs-pompiers a fusionné avec la commune d’Ecoteaux en 2001.

L’évolution de toutes sortes de domaines conduisent les communes à collaborer dans un cadre régional. Aussi la commune de Maracon fait partie le l’association intercommunale de la région d’Oron (ARO). Cette association a pour but de gérer les domaines tels que l’économie régionale, la problématique des transports, la réalisation d’infrastructures d’intérêt régional, la culture, la jeunesse et les sports, les questions sociales.

 

 

Activités, sociétés

 

Quelques sociétés maintiennent une activité, soit de manière autonome, ou en collaboration avec d’autres communes, soit l’Amicale des anciens pompiers, la société de tir au pistolet et aux armes de guerre, l’Abbaye du Cordon Blanc, les Amis-Gyms Ecoteaux-Maracon.

 

 

En conclusion

 

La commune de Maracon est une petite entité où il fait bon vivre, où chacun se sent encore concerné, où le contact humain existe, où le terme de citoyens responsables a un sens, pour ne pas être qu’un consommateur de services ne faisant que privilégier ses droits.

 

 

    

            

 

 

Jean-Claude Serex

Syndic de Maracon

  Autorités:


  Syndic
, Jean-Claudes Serex  021 907 81 16 - 079 425 65 16
  Administration générale - Finances – Ecoles

 

  Municipale, Patricia Zeller  021 907 94 28 - 076 509 40 22
  Vice-Syndique, Eaux- Animations - Loisirs


  Municipal, Georges-E. Bader  
021 907 97 04 - 076 357 10 73
  Routes - Social - Déchets


  Municipal, Serge Serex
021 907 89 82 - 079 623 23 68
  Forêts

 

  Municipal, Marc Visinand - 076 377 79 89
  Bâtiments - Urbanisme

 

  Administration communale:


  Secrétaire

  Nicole Dovat 021 907 80 54


  Boursière
  Jocelyne Chollet 021 907 89 95

 
  Bureau communal
  Mardi et jeudi de 9h à 12h
  Tél. 021 907 81 25
  Fax 021 907 81 40


  commune.maracon(at)bluewin.ch

  www.maracon.ch 

 

 

 

 

 

 

 

Message pour mes amis de l'AAP Maracon

 

Voici pratiquement 30 ans que je vis à Maracon ... tel ne serait certainement pas le cas si je ne m’y plaisais pas ! C’est l’occasion pour moi de m’interroger sur ce qui fait mon attachement fort à ce lieu, de peser les forces et les faiblesses de ce coin de pays qui est devenu « chez moi », d’exprimer sans détour les joies, mais aussi les déceptions qu’il me procure.

 

Réponse par un inventaire à la Prévert, subjectif et personnel, sans langue de bois et dans le désordre.

 

 

Ce que j’aime à Maracon

 

- Une altitude non négligeable (850 m.) qui nous vaut de vrais hivers.

- Des voisins qui passent en tracteur et, trop rarement, s’arrêtent boire un

  café.

- La chance d’être vraiment à la campagne.

- Les amis qui me sont proches.

- La vue extraordinaire sur les Préalpes fribourgeoises et vaudoises, les

  Alpes valaisannes et françaises et le Jura presque entier.

- Une vie démocratique de base, avec un Conseil général ouvert à toutes

  les citoyennes et tous les citoyens.

- La proximité de la Gare CFF de Palézieux, l’une des mieux desservies du

  pays, avec comme à Zurich des trains directs à l’heure pile 00 !

- Les étés où cela sent bon les foins, le tilleul, ... et l’odeur du fumier toute

  l’année.

- Les chevaux qui, à peine lâchés, galopent dans le soleil couchant.

- Les classes d’école où mes enfants ont chacun passé 4 ans.

- Un facteur qui nous fournit tous les services postaux à domicile : plus

  besoin

  de faire la queue à la poste !

- La solidarité qui s’est manifestée dans l’opération Villages roumains.

- Les forêts diversifiées, et les lisières étagées comme sur la route de

  Semsales avec de magnifiques pommiers sauvages qui fleurissent au

  printemps.

- Les habitants qui, lorsque j’étais Conseiller d’Etat et à ce titre regardé

  avec déférence voire distance dans le reste du Canton, m’ont fait le plaisir

  de continuer à me traiter comme avant, considérant la personne qu’ils

  connaissaient en moi plus que la fonction.

- Les pommes douces pour faire le vin-cuit.

- De magnifiques fermes des XVIIIè et XIXè siécles, en général alignées

  sur la crête de la colline.

- Le service de bus à la demande Publicar qui vient à toute heure nous

   chercher à domicile, avec le sourire en prime.

- Les ballades dans le vallon de la Broye naissante.

- La situation à mi-chemin entre Fribourg et Lausanne, entre Berne et

  Genève.

- Le chêne que m’a offert la Commune l’année de ma présidence du

  Conseil d’Etat.

 

 

Ce que je regrette à Maracon

 

- La Bise qui y souffle trop fort, froide et parfois noire.

- Une ouverture au monde modérée, qui se traduit par trop peu de projets

  solidaires.

- L’abattage de trop d’anciens arbres fruitiers haute-tige.

- Un plan d’aménagement sans cohérence ni ambition.

- Des routes où l’on peut rouler beaucoup trop vite.

- L’absence de garderie inter-communale.

- Des mamans qui se croient obligées de conduire leurs enfants à l’école

  en auto.

 

 

Avec toute ma reconnaissance pour ce que ce lieu m’offre chaque jour et pour le privilège extraordinaire qui est le mien de vivre en sécurité et en paix dans une région du monde aussi magnifique, riche, paisible et bienfaisante.

 

 

Maracon, juin 2006                                                            

 

 

Philippe Biéler

Anc. Conseiller d’Etat

 

 

 

P.S. A mes destinataires, un conseil personnel (et désintéressé): visitez le site de LaRevueDurable www.larevuedurable.com, vous y découvrirez des informations-clefs pour notre avenir !

 

 

Eco - Mail !   Le premier E-mail écologique au monde!